Partager sur Facebook
CLINIQUEMENT VÔTRE

CLINIQUEMENT VÔTRE

Élaboration et validation d'une procédure d'évaluation des besoins biopsychosociaux des patients à la fin des traitements pour un cancer

Sophie Paquet, inf., B. Sc., CSIO (C), infirmière pivot en cancers gynécologiques
Marie de Serres, inf., M. Sc., CSIO (C), infirmière clinicienne spécialisée en oncologie
Stéphanie Duguay, inf., B. Sc., CSIO (C), infirmière clinicienne au programme de greffe de moelle
Marie-Claude Fortin, inf., B. Sc., CSIO (C), infirmière pivot en cancers cutanés
Nathalie Gravel, inf., B. Sc., CSIO (C), infirmière pivot en cancers musculo-squelettiques et hématologiques

Les auteurs sont toutes du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ), à L'Hôtel-Dieu de Québec.

Selon l'Institut national du cancer du Canada, de plus en plus de patients vivant avec le cancer vivent plus longtemps.

En 2004, au Canada, on comptait environ 853 400 vivants du cancer, soit une augmentation de 21 % comparativement au taux déclaré en 1998. Ce nombre est appelé à augmenter. Selon les estimations de 2002-2004, 62 % des personnes sont encore vivantes cinq ans après leur diagnostic de cancer (Société canadienne du cancer/Institut national du cancer du Canada, 2008).

Les survivants ont des besoins biopsychosociaux et spirituels particuliers et font face à des défis spécifiques. Les préoccupations exprimées par ces survivants tels que la nature du suivi oncologique, le manque de ressources et autres, nous ont amené à nous questionner sur l'existence de lignes directrices pour le suivi des patients. La recension des écrits nous a démontré qu'il existe peu de lignes directrices sur l'après-traitement sauf pour le suivi médical de certains cancers. Dans notre milieu, il n'y avait pas d'évaluation systématique des besoins à la fin des traitements, ni d'intervention infirmière spécifique. L'infirmière détient un rôle clé dans la mise en place de services adaptés aux survivants. (Haylock, 2007; McCabe, 2008; Miller, 2008; Rowland, 2008)

En lien avec notre préoccupation, nous avons présenté notre candidature au concours pour le prix Innovation Clinique Hospira 2010 dont le thème était : « L'évaluation de la condition physique et mentale par l'infirmière ». Le projet présenté était l'élaboration et la validation d'une procédure d'évaluation des besoins biopsychosociaux des patients à la fin de leurs traitements pour un cancer. Ayant obtenu la bourse, nous avons développé cet outil d'évaluation.

L'outil vise à favoriser un retour à la vie normale le plus harmonieux possible, à diminuer le sentiment d'abandon manifesté par les patients à ce moment clé de leur trajectoire, à augmenter l'autonomisation, à développer et à implanter des interventions infirmières et interdisciplinaires mieux adaptées à ces besoins (enseignement, documentation, plan suivi).

Il s'agit d'un projet clinique basé sur l'utilisation de l'Outil de dépistage de la détresse (ODD) utilisé dans notre milieu. Sa conception s'appuie sur des données probantes ainsi que sur des recommandations d'organismes selon lesquelles la détresse des patients doit être évaluée à différents moments de la trajectoire, dont la fin des traitements (NCCN, 2010; Partenariat canadien contre le cancer, 2009). À cela, s'ajoute notre outil d'évaluation qui vise trois besoins reconnus prioritaires des personnes ayant survécu au cancer : la fatigue, la crainte de la récidive et l'aspect du retour au travail (Jacobson, 2009; Ganz, 2009; Menhart, 2010; Morgan, 2009).

Dans le cadre du projet-pilote, la clientèle visée par la procédure est la suivante : patients en fin de traitement à visée curative ou rémission prolongée attendue, au travail lors du diagnostic, souhaitant y retourner et suivis par les infirmières instigatrices du projet (greffe de moelle osseuse, cancers cutanés, hématologiques, musculo-squelettiques et gynécologiques) Cette évaluation est réalisée six semaines avant la fin des traitements ou après la fin de ceux-ci

Les différentes étapes du projet ont été :

  • la revue de littérature sur la problématique;
  • les outils d'évaluation existants en lien avec les trois besoins identifiés;
  • l'analyse, le choix de la procédure;
  • l'implantation de l'outil par les infirmières du projet.

Parallèlement, nous avons effectué des consultations auprès des équipes d'oncologie psychosociale, d'hémato-oncologie, de radio-oncologie, des cancers gynécologiques et musculo-squelettiques.

Une année après le début de ce projet-pilote, nous sommes en mesure de faire des constats en ce qui a trait à la pratique infirmière et d'observer des retombées sur le patient.

Le moment de l'évaluation et les interventions :

  • Engendrent une approche structurée
  • Facilitent la communication
  • Favorisent l'enseignement lié à la fin des traitements
  • Ouvrent la discussion sur des préoccupations
  • Aident le patient à faire face aux difficultés et, le rassurent
  • Normalisent ses craintes et ses symptômes
  • Permettent de le diriger vers des ressources appropriées.

Sur le plan professionnel, la démarche :

  • Renforce l'intervention autonome de l'infirmière à un moment clé de la trajectoire du patient
  • Amène satisfaction et valorisation d'être au cœur du développement d'une démarche infirmière spécifique au survivant
  • Donne un sentiment d'efficacité et d'accomplissement
  • puis démontre la capacité de l'infirmière à assurer un leadership sur les pratiques actuelles et futures

Nous amorçons maintenant une autre étape : l'implantation auprès des infirmières pivots en oncologie. À suivre…

Références

Ganz, P. (2009), Survivorship: adult cancer survivors. Primary care clinic office, 36, 721-742.
Haylock, PJ. (2007), The cancer survivor's prescription for living: nurses take the lead in planning care for survivors. American Journal of Nursing 10(4); 59-70.
Jacobson. P.B. (2009), Clinical practice guidelines for the psychosocial care of cancer survivors: current status and future prospects. Cancer; 4419-4429.
McCabe, S., Jacobs L. (2008), Survivorship care: Models and programs, Seminars in Oncology Nursing 24(3), 202-207
Menhart A. (2010), Employment and work-related issues in cancer survivors: Critical reviews in Oncology Hematology (article in press).
Miller, R. (2008), Implementing a survivorship care plan for patients with breast cancer. Clinical Journal of Oncology 12(3), 479-487.
Morgan, M.A. (2009), Cancer survivorship: history, quality of life issues and the evolving multidisciplinary approach to implementation of cancer survivorship care plan. Oncology Nursing Forum, 36(4), 429-436.
National Comprehensive Cancer Network (NCCN),(2010), NCCN Clinical practice guidelines in oncology, récupéré le 11 février 2010 de http://nccn.org/professionals/physicians_gls/f_guidelines.asp
Partenariat canadien contre le cancer (2009), Guide d'implantation du dépistage de la détresse, le 6e signe vital : Contexte, recommandations et mise en œuvre, récupéré le 20 mai 2010 de www.partnershipagainstcancer.ca/fr/ressource
Rowland, J.H. (2008), Cancer survivorship: rethinking the cancer control continuum, Seminars in Oncology Nursing 24(3), 145-152.
Société canadienne du cancer (SCC) et Institut national du cancer du Canada (2008), Statistiques canadiennes sur le cancer 2008, Toronto : SCC.

Recherche

Mots clés

TD