Partager sur Facebook
MOT DE LA PRÉSIDENTE

MOT DE LA PRÉSIDENTE

ÉLECTION DES DÉLÉGUÉS À L'AGA DE L'OIIQ

Claudia Gallant
Claudia Gallant

Près de 180 membres de la région ont assisté à l'Assemblée générale annuelle (AGA) de l'ORIIQ, le 16 mai dernier. Au cours de la soirée, nous avons procédé à l'élection des délégués pour l'AGA de l'OIIQ qui aura lieu le 29 octobre prochain.

L'élection des délégués a été effectuée par tirage au sort électronique plutôt que de façon manuelle. Cette nouvelle façon de faire est issue des travaux réalisés entre l'OIIQ et les ordres régionaux dans le cadre du chantier du collège électoral. Antérieurement, le processus manuel permettait de contrôler la présence des membres à l'AGA. Vous avez été plusieurs à remarquer que le nouveau processus d'élection électronique ne prévoit plus le même mécanisme de contrôle. Ainsi, un membre dûment inscrit ne se voit plus dans l'obligation d'assister à toute la durée de l'AGA pour être élu délégué. Certains d'entre vous ont manifesté leur mécontentement quant à cette absence de contrôle.

J'ai profité de la rencontre des présidentes des ordres régionaux de juin dernier pour leur faire part de cette préoccupation, tel que je m'y étais engagée lors de l'AGA. À ma grande surprise, il semble que cette préoccupation ne soit présente que dans la région de Québec. En effet, au sein des autres régions, le privilège d'être délégué s'accompagne d'une obligation morale d'être présent à l'AGA régionale. Ainsi, la qualité d'un délégué à l'AGA de l'OIIQ implique un minimum de préparation, dont la connaissance des préoccupations régionales. Dans ce contexte, nul besoin de procéder au contrôle de la présence ou de l'absence des membres lors du choix des délégués. Les présidentes des autres régions se sont toutefois montrées ouvertes à ce que la région de Québec resserre son règlement pour y ajouter un mécanisme de contrôle des absences.

Après discussion, il semble prématuré de modifier le Règlement de l'ORIIQ avant même de savoir si le problème s'actualisera. Il ne faut pas oublier que le principal objectif de la révision des règlements des ordres régionaux était d'assurer l'équité régionale. La révision du Règlement de l'ORIIQ, en ajoutant un contrôle des absences lors de l'élection des délégués, aurait constitué une première brèche vers la création d'une iniquité régionale. Toutefois, l'an prochain, s'il s'avérait qu'un nombre significatif de membres quittait l'AGA après s'être inscrits, je m'engage à poursuivre la réflexion et d'y donner suite le cas échéant.

D'ici là, j'en appelle au sens moral des membres de la région qui, j'en suis persuadée, est aussi fort que celui des autres régions du Québec.

Claudia Gallant
Présidente de l'ORIIQ

Recherche

Mots clés

TD