Partager sur Facebook
MOT DE LA PRÉSIDENTE

MOT DE LA PRÉSIDENTE

Claudia Gallant
Claudia Gallant

C'est avec beaucoup d'émotion que je m'adresse à vous une dernière fois par l'intermédiaire du cyberjournal en tant que présidente de l'ORIIQ. En effet, à la clôture de l'AGA de l'OIIQ le 3 novembre prochain, mon mandat de présidente sera officiellement terminé. Bien que je demeure membre du Conseil de section de l'ORIIQ afin de poursuivre mon mandat de quatre ans qui se termine à l'automne 2016, j'en suis à l'heure du bilan des quatre dernières années et je souhaite le partager avec vous.

Planification stratégique de l'ORIIQ

Tout juste avant son départ, Colombe Harvey, ma prédécesseur, avait coordonné un exercice de planification stratégique qui a guidé nos activités jusqu'à l'automne dernier. Plusieurs de ces activités ont été réalisées au cours des dernières années :

  • Mise en place du remboursement des crédits universitaires visant à encourager la poursuite des études universitaires.
  • Changement de formule pour la soirée de l'AGA.
  • Rédaction de nombreuses procédures administratives afin d'en assurer la pérennité.
  • Implantation de l'envoi de courriels massifs afin de dynamiser nos communications avec nos membres et l'offre courante de formation continue.

L'automne dernier, j'ai orchestré un nouvel exercice de planification stratégique qui a permis de dresser la liste de tous les éléments du contexte à considérer pour établir le plan d'action sur lequel s'aligneront les travaux de l'ORIIQ pour les trois prochaines années.

Les objectifs retenus visent à :

  • Bonifier les modalités de reconnaissance pour les infirmières.
  • Poursuivre l'offre de formation continue.
  • Améliorer la communication avec nos membres.
  • Renforcer nos processus administratifs.

Découlant de cet exercice, un nouveau comité a été mis sur pied au sein de l'ORIIQ (le Comité de la formation continue) et un nouveau prix a été créé (le prix Enseignante de l'année). Le plan d'action établi me semble garant d'un ordre régional dynamique et orienté vers ses membres, et qui assure la pérennité de ses processus dans un contexte de changement.

Changement d'adjointes administratives

Au cours des quatre dernières années, l'ORIIQ a vécu plusieurs bouleversements, particulièrement à la suite du départ de deux adjointes administratives (Jacqueline Giguère et Mélanie Berger). La personne qui occupe la fonction d'adjointe administrative est très importante pour le bon fonctionnement de notre ordre régional puisqu'elle en est la seule employée.

Le choix d'une adjointe administrative a exigé beaucoup de temps et d'énergie, à deux reprises, d'autant plus que les activités régulières de l'ORIIQ devaient être maintenues. Il importe également de mentionner que chacun de ces départs a engendré de l'instabilité et une période d'adaptation importante pour tous les membres du Conseil de l'ORIIQ, plus particulièrement pour la présidente.

Situation financière

Bien que l'ORIIQ détienne des actifs accumulés depuis quelques années, il a aussi connu au moins deux années financières difficiles lors des chantiers de partenariats entre l'OIIQ et les ordres régionaux. En effet, il avait alors fallu débourser des sommes importantes pour le développement du cyberjournal, entre autres. Par contre, le chantier administratif auquel j'ai participé a permis de revoir la subvention annuelle des ordres régionaux, rehaussant celle de l'ORIIQ de quelques milliers de dollars annuellement.

Également, afin d'appliquer le principe d'utilisateur-payeur et d'assurer une équité pour nos membres, certaines activités tenues par l'ORIIQ sont maintenant payantes tout en étant abordables (exemple : souper-conférence de l'AGA, formation, etc.). Au cours de la dernière année, deux fonds ont été créés afin d'affecter une partie des actifs nets de l'ORIIQ à des activités en particulier.

  • Le premier concerne la participation de membres de la région au congrès du SIDIIEF. Ainsi, tous les trois ans, l'ORIIQ s'engage à favoriser la participation de membres de la région à ce congrès international francophone.
  • Le deuxième fonds a trois objectifs : l'entretien du siège social de l'ORIIQ, l'achat d'équipement et un éventuel déménagement.

Je suis très satisfaite, car je laisse notre ordre régional dans une excellente santé financière.

Conclusion

Globalement, je suis très fière de ce que nous, les membres du Conseil de l'ORIIQ, avons accompli au cours des quatre dernières années et des orientations que nous avons prises en maintenant toujours nos membres au centre de nos préoccupations. Mon expérience à la présidence a été marquante, tant sur le plan personnel que sur le plan professionnel.

En terminant, je souhaite adresser mes plus sincères félicitations à Nathalie Gauthier, la nouvelle présidente de l'ORIIQ, qui entrera en fonction le 3 novembre prochain.

Chère Nathalie,
Je t'assure de ma plus grande collaboration et de tout mon appui dans l'exercice de tes nouvelles fonctions. Je sais que tu as toutes les compétences et les qualités requises pour accomplir cette tâche avec brio.

Claudia Gallant

Recherche

Mots clés

TD