Partager sur Facebook
CLINIQUEMENT VÔTRE

CLINIQUEMENT VÔTRE

Cardiostimulateurs sans fil!


Cardio simulateur

Du premier modèle asynchrone ventriculaire implanté en Suède en 1958 jusqu'aux stimulateurs récents les plus complexes, les progrès techniques ont été constants. Ils ont toutefois connu une spectaculaire accélération dans les années 1980 avec la mise en marché des capteurs spécifiques recréant le synchronisme nécessaire aux besoins métaboliques de l'organisme, le développement des stimulateurs défibrillateurs et la resynchronisation par stimulation biventriculaire.

Malgré des avantages indiscutables, la stimulation cardiaque entraîne des complications chez environ 10 % de la clientèle. Les événements postopératoires défavorables sont autant reliés à l'implantation du dispositif (pneumothorax, infection, hématome, érosion) qu'à l'installation des électrodes (perforation cardiaque, occlusion veineuse, régurgitation tricuspidienne). Comme les électrodes sont la composante la plus vulnérable du système, l'implantation de cardiostimulateur dépourvu d'électrodes directement dans le cœur semble une solution intéressante pour diminuer les complications de la thérapie conventionnelle.

Deux cardiostimulateurs miniaturisés sans fil, NanostimMD (St-Jude Medical) et MicraMD (Medtronic), implantés dans le ventricule droit par voie percutanée, font l'objet d'études cliniques dans le but d'évaluer leur sécurité et leur efficacité. Ces deux dispositifs offrent des caractéristiques similaires (stimulation VVI/VVIR, pile au lithium ≈ 10 ans, télémétrie) et s'adressent au même type de clientèle (stimulation ventriculaire simple chambre). Les populations des deux études prospectives Micra et LEADLESS sont comparables.

L'Étude Micra envisage d'implanter son dispositif chez 720 patients dans 70 centres partout dans le monde. En août 2014, 140 patients avaient été enrôlés dans 23 centres/11 pays. L'évaluation des premiers objectifs de performance qui commence après la 60e visite–3 mois postimplantation, démontre que le système est fiable et sécuritaire : implantation avec succès 100 %; 0 % événement défavorable sérieux ; seuil de capture de 0.51 ± 0.22V à 0,24 ms; seuil de perception onde R 16.1 ± 5.2 mV ; estimation de longévité de la pile à 12,6 ans. Trente événements indésirables reliés à la procédure ou au système ont été répertoriés chez 26 des 140 patients dans les 17 jours post implant : arythmies, événements reliés à l'implantation (péricardite, épanchement péricardique, infarctus du myocarde aigu) et événements reliés au site de ponction (hématome, pseudoanévrisme).

En juin 2015, l'étude LEADLESS ll avait enrôlé 526 patients dans 56 centres et 3 pays. L'évaluation des premiers objectifs de performance à la suite de la 300e visite–6 mois post implantation, démontre également que le système est fiable et sécuritaire : implantation avec succès 96,3 % (289/300 patients ; p< 0.001 ; IC 95 %); 6,7 % événements défavorables sérieux (délogement : 1,7% ; perforation cardiaque : 1.3% ; seuil élevé de stimulation exigeant un remplacement 1,3 %);  seuil de capture de 0.58±0.31 V à 0,4 ms; seuil de perception onde R 9.2 ± 2.9 mV ;  estimation de longévité de la pile à 15.0 ± 6,7 ans.

Ces deux études démontrent que les dispositifs sans fil répondent aux objectifs d'efficacité et de sécurité à court terme. La miniaturisation des composantes technologiques marque une nouvelle ère de thérapie de stimulation cardiaque pouvant éliminer les problèmes inhérents à la stimulation conventionnelle sans oublier les avantages cosmétiques et techniques (implantation simplifiée).

Présentement, ces dispositifs sont limités à la stimulation ventriculaire simple chambre, ce qui limite leur indication à une clientèle restreinte. Cependant, il semble que la communication entre les dispositifs sans fil (stimulateur auriculaire ou ventriculaire gauche sans fil, défibrillateur sous-cutané) ouvrira de nouvelles perspectives à cette thérapie. Néanmoins, de nouvelles données doivent être colligées quant aux performances à long terme de sécurité et de rétractibilité de ces dispositifs pour assurer que cette technologie remplace la thérapie actuelle.

Christian Godbout, inf., M. Sc. CSI(C), CSIC(C)

Références

  • Reddy, V.T., Exner, D.V., Cantillon, D.J., Doshi, R., Bunc, T.J., Tomassoni, G.F., et al. (2015). Percutaneous Implantation of an Entirely intracardiac Leadless Pacemaker. The New England Journal of Medecine, 373(12), p. 1125-1135.
  • Ritter, P., Duray, G.Z., Steinwender, C., Soejima, K., Omar, R., Mont, L., et al. (2015). Early performance of a miniaturized leadless cardiac pacemaker: the Micra Transcatheter Pacing Study. European Heart Journal, 36(37), p. 2510-2519. doi:10.1093/eurheartj/ehv214.
  • Sperzel, J., Burri, H., Gras, D. Tjong, F.Y.Y., Knops, R.E., Hindricks, G., et al. (2015). State of the art of leadless pacing. Europace, 17(10), p.1508-1513. doi:10.1093/europace/euv096.

Recherche

Mots clés

TD