Partager sur Facebook
CLINIQUEMENT VÔTRE

CLINIQUEMENT VÔTRE

 

Carole-Anne Joncas
Carole-Anne Joncas,
Étudiante à la maîtrise en sciences infirmières,
Université Laval

Présence des familles en salle de réanimation   

Vous recevez un appel provenant de l’hôpital vous avisant que votre mère se trouve à l’urgence. À peine êtes-vous arrivé au centre hospitalier qu’on vous dirige vers ce que l’’on appelle le salon de la famille. En vous y rendant, vous apercevez d’un coup d’œil furtif une grande pièce illuminée où se trouve une personne frêle. Ce qui vous surprend, ce sont les multiples fils dont vous ne connaissez pas les fonctions, les alarmes qui sonnent sans cesse, les bruits ambiants et vous assistez à ce qui vous semble être une manœuvre de réanimation cardiorespiratoire. Assis dans le salon de la famille, vous êtes aux prises avec des émotions que vous n’avez peu ou jamais ressenties auparavant. La peur, l’anxiété, le désarroi, l’incompréhension, la confusion, ainsi que l’impression de ne pas être au bon endroit au bon moment. Vous réalisez que la personne subissant les manœuvres de réanimation était bel et bien votre mère et que, étrangement, vous auriez aimé être présent près d’elle pour l’accompagner, lui tenir la main et participer aux prises de décisions la concernant.

Au Québec, saviez-vous qu’un faible pourcentage des salles d’urgence autorise les familles à être présentes et à prendre part au processus décisionnel en salle de réanimation ? Pourtant, Agrément Canada recommande la présence des proches pendant les soins critiques et en réanimation. Leur inclusion en salle de stabilisation au cours des manœuvres de réanimation serait une pratique envisageable autant sur le plan théorique que pratique.

Comme démontré précédemment, lorsqu’un patient est en soins critiques, la famille vit une situation de crise à laquelle il est difficile de s’adapter (Leske, McAndrew, Brasel et Feetham, 2017), et qui engendre un grand stress (Davidson et al., 2007). L’aspect traumatique peut même se traduire par l’apparition d’un trouble de stress post-traumatique chez les proches du patient. Ces symptômes peuvent d’ailleurs s’exacerber si, selon la famille, elle ne reçoit pas assez d’informations au sujet du patient (Azoulay et al., 2005).

Dans un tel contexte, la présence de la famille auprès du patient s’avère un moyen efficace pour offrir un sentiment d’espoir, de confort et de soutien, tout en diminuant le stress (Jensen et Kosowan, 2011). Plusieurs grandes associations se sont positionnées favorablement par rapport à cette pratique, telles que l’Emergency Nurses Association (ENA), l’American Academy of Pediatrics (AAP) et la Canadian Association of Critical Care Nurses (CACCN).

Les principales lignes directrices recommandent, en plus de la présence de la famille, celle d’une personne-ressource pour accompagner les proches pendant une situation de soins critiques. Cette personne compétente prépare la famille à ce qu’elle va vivre, lui en explique le déroulement, l’encourage à toucher et à parler au patient (Cottle et James, 2008). Toutefois, de nombreux établissements ne libèrent pas cette personne-ressource. La littérature démontre clairement l’influence de la présence des familles sur l’anxiété perçue, mais celle de la personne-ressource reste à prouver.

Compte tenu de ces différents avantages pour l’équipe soignante et la famille, la présence des proches en salle de stabilisation doit être favorisée dans le cadre des soins pour les années à venir. Qu’attendons-nous pour instaurer cette pratique dans nos établissements de santé?

 

Références

Azoulay, E., Pochard, F., Kentish-Barnes, N., Chevret, S., Aboab, J., Adrie, C., ... Schlemmer, B. (2005). Risk of post-traumatic stress symptoms in family members of intensive care unit patients. American Journal Of Respiratory And Critical Care Medicine, 171(9), 987-994.

Cottle, E.-M., & James, J. E. (2008). Role of the family support person during resuscitation. Nursing Standard, 23(9), 43-47.

Davidson, J. E., Powers, K., Hedayat, K. M., Tieszen, M., Kon, A. A., Shepard, E., ... Armstrong, D. (2007). Clinical practice guidelines for support of the family in the patient-centered intensive care unit : American College of Critical Care Medicine Task Force 2004-2005. Critical Care Medicine, 35(2), 605-622.

Leske, J. S., McAndrew, N., Brasel, K. J., & Feetham, S. (2017). Family Presence During Resuscitation After Trauma. Journal of Trauma Nursing, 24(2), 85-96.

Jensen, L., & Kosowan, S. (2011). Family Presence During Cardiopulmonary Resuscitation : Cardiac Health Care Professionals' Perspectives. Canadian Journal of Cardiovascular Nursing, 21(3), 23-29.

 

Par : Carole-Anne Joncas

Recherche

Mots clés

TD