Partager sur Facebook
ACTIVITÉS LÉGALES

ACTIVITÉS LÉGALES

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE Régionale (AGAR) 2019 DE L’ORIIQ

Le 23 mai dernier s’est tenue l’AGAR de l’ORIIQ. L’évènement avait lieu au Club social Victoria à partir de 17 h 30. Frédéric Douville assurait l’animation.

La soirée a débuté par un mot de bienvenue du président de l’ORIIQ, Philippe Asselin. Puis, il a présenté Luc Mathieu, le président de l’OIIQ. Après avoir remercié l’ORIIQ pour l’invitation et aussi présenté la directrice du Bureau du président de l’OIIQ, Colette Ouellet, ce dernier a informé les membres des quatre priorités de l’OIIQ pour 2019-2020 : (1) la formation initiale; (2) la pleine occupation du champ d’exercice; (3) l’utilisation optimale des mécanismes de protection du public; et (4) la gouvernance redéfinie par la Loi 11. Il a aussi expliqué à l’Assemblée sa vision des autres grands enjeux actuels soit : la pratique infirmière avancée, le positionnement de l’OIIQ comme leader et son rôle sociétal à améliorer. Il a terminé en réitérant l’importance pour l’OIIQ de travailler en partenariat renouvelé avec les ordres régionaux et remercié l’ensemble des membres pour leur présence et leur participation.

Ensuite, la secrétaire du Conseil de section (CS) de l’ORIIQ, Véronique Blais, a ouvert officiellement l’AGAR. Elle a présenté et laissé la parole à la présidente désignée pour l’événement, Claudia Gallant, qui a d’abord lu les règles de procédure de l’AGAR. Celles-ci ont été adoptées à l’unanimité. Elle a cité les membres du CS de l’ORIIQ et annoncé l’ordre du jour, qui a été entériné. Les modalités et propositions de nominations de scrutatrices à désigner pour cette AGA ont été aussi adoptées à l’unanimité. Les deux scrutatrices désignées étaient Andréa Fortin et Sylvie Gagnon. Finalement, la présidente de l’AGAR a donné lecture du procès-verbal du 24 mai 2018, également approuvé à l’unanimité.

Un suivi du procès-verbal étant inutile, Philippe Asselin a exposé le rapport annuel 2018-2019 de l’ORIIQ en précisant le nombre actuel des membres, soit 8 561. Après avoir présenté les nouveaux membres de l’équipe (Philippe De Montigny, Stéphanie Perron et Rodena Sévère) et ceux qui, avec le président, représenteront l’ORIIQ au Conseil d’administration (CA) de l’OIIQ (Isabelle Langlois, Véronique Blais), il a exposé les cinq axes de la planification stratégique 2017-2020. Philippe Asselin a mentionné les différents comités de l’ORIIQ et mis en avant leurs réalisations, notamment les formations continues, la reconnaissance par des prix et bourses, des remboursements de crédits universitaires et de frais partiels de formation continue. Il a d’ailleurs avisé les membres que les demandes de remboursement de frais partiels de formation continue sont peu nombreuses et il les a invités à s’en prévaloir. Finalement, le président Asselin a remercié l’ensemble des membres du Conseil de même que les bénévoles impliqués dans les différents comités. Il a terminé en remerciant plus spécialement trois membres qui ont quitté le CS après de nombreuses années : Marylaine Bédard, Nathalie Gauthier et Suzanne Lachance. Ensuite, la présidente du Comité jeunesse, Audrey Lortie, a été invitée à parler de ses membres et des activités de son Comité, une partie intégrante du rapport annuel 2018-2019, ce qu’elle a fait de façon très dynamique : (i) les activités de valorisation de la profession, réseautage et communication (Articles pour le Cyberjourn@l, Tournées des collèges, Vidéo, Facebook, YouTube, etc.), (ii) le concours de la Semaine de la profession infirmière, le (iii) prix Reconnaissance Relève infirmière. Le Comité jeunesse a aussi mentionné un atelier au Congrès mondial du SIDIIEF 2018 de Bordeaux, intitulé Critères de réussite à l’intégration de la profession infirmière. Audrey Lortie a participé au Comité jeunesse provincial et à plusieurs activités contribuant à la valorisation de la relève. Finalement, Anne Verret, trésorière de l’ORIIQ, a été invitée à exposer le rapport financier 2018-2019, inclus dans le rapport annuel 2018-2019. Après avoir présenté les membres et le mandat du Comité des finances, elle a rapporté l’ensemble des produits et des charges, et relaté les faits saillants du rapport financier 2018-2019. Le président Philippe Asselin a détaillé les ajustements concernant les frais des auditeurs externes. Toutes les résolutions sur ces présentations ainsi que le rapport annuel ont été adoptés à l’unanimité.

Finalement, la présidente des élections, Johanne Roy, a donné la liste nominative des 114 membres élus aléatoirement parmi les inscrits, ainsi que leurs substituts éventuels, comme délégués de l’ORIIQ à l’AGA de l’OIIQ, le 25 novembre 2019, au Palais des congrès de Montréal.

La présidente de l’AGAR n’ayant reçu aucune proposition des membres, l’Assemblée a été levée à 19 h par accord unanime.

Par : Diane Morin, inf.
Membre du Conseil de section agissant comme membre de liaison au Comité de soutien aux communications.

 

Souper-conférence

Complexité et leadership… le visage contemporain de la pratique infirmière avancée

L’AGAR de l’ORIIQ était suivie par un souper-conférence intitulé : Complexité et leadership… le visage contemporain de la pratique infirmière avancée. Voici un résumé de la conférence présentée par Diane Morin, membre du Conseil de section.

Dans les sociétés modernes, le vieillissement de la population, l’importance des maladies chroniques et la croissance des coûts exercent une forte pression sur les systèmes de santé. Les interventions doivent donc être les plus efficaces possible, avec un rapport coût/efficacité optimal. Cela requiert des infirmières et infirmiers de pouvoir œuvrer dans un champ de pratique collaborative élargi, de créer, d’implanter et d’évaluer des approches infirmières basées sur des preuves, de tester de nouvelles interventions potentiellement plus performantes et de promouvoir un programme de soins et de recherche en soins portant de manière explicite sur l’amélioration de la qualité et de la sécurité dans un contexte d’interdisciplinarité. Il a été défendu que la pratique infirmière avancée ne remplace aucune autre forme de pratique infirmière, qu’elle est multimodale et certainement un des plus puissants moteurs pour faciliter l’intégration de la recherche et la transformation des soins.

La pratique infirmière avancée est un mouvement global pour instaurer des soins experts et des approches transformationnelles en faveur de meilleures qualité, accessibilité, continuité et sécurité des soins. Les compétences essentielles à la pratique avancée ont été présentées. Au fil des dernières décennies, il a été démontré que cette dernière procure des bénéfices pour les patients et leurs proches, mais entraîne aussi une meilleure performance des systèmes de santé. Les freins et leviers pour actualiser la pratique avancée, la reconnaître et contribuer à son plein potentiel ont aussi été exposés. Toutefois, pour rendre cela possible, cette pratique doit faire corps avec les besoins des clientèles et être collaborative. Finalement, le leadership infirmier doit être au cœur des rôles et compétences de la pratique avancée. Les formes de leadership nécessaires ont été illustrées. En conclusion : le leadership de la pratique infirmière avancée doit mettre en place des soins collaboratifs efficaces et centrés sur l’usager et ses proches, mais aussi le pilotage de nouvelles configurations des soins, ayant le potentiel d’améliorer l’efficience des systèmes.

Par : Diane Morin, inf., Ph. D.
Membre du Conseil de section de l’ORIIQ
Professeure émérite, Faculté des sciences infirmières, Université Laval
Professeure invitée, Faculté de médecine, Université Laval
Directrice scientifique, Centre de recherche du CISSS de Chaudière-Appalaches

Recherche

Mots clés

TD