Partager sur Facebook
TENDANCES INFIRMIÈRES

TENDANCES INFIRMIÈRES

La littératie en santé : de quoi parle-t-on au juste?

Depuis plusieurs années, la littératie en santé est devenue un sujet d’intérêt majeur, tant dans le domaine des soins de santé que dans celui de la promotion de la santé. L’Institute of Medicine (2004) aux États-Unis la définit ainsi : « La littératie en santé serait la capacité qu’ont des individus d’obtenir, de traiter et de comprendre des informations de base sur leur santé et sur l’organisation des services de santé requis pour prendre des décisions appropriées pour leur propre santé ou celle d’un proche ». Quant à l’Institut de la statistique du Québec (Bernèche, Traoré et Perron, 2012), il indique que la littératie en santé va encore plus loin, car on la mesure en tenant compte de la capacité d’une personne à établir un programme d’activités pour promouvoir sa santé ou encore à formuler une demande de services concernant son problème de santé principal. La littérature confirme qu’un niveau de littératie limité va affecter la personne dans sa capacité à accéder à l’information de santé, diminuer son apprentissage face à la gestion de ses problèmes de santé chroniques et rendre le suivi des recommandations et prescriptions médicales plus difficile. La façon de mesurer la littératie en santé varie beaucoup, mais un des tests utilisés fréquemment est le test hétéro-administré intitulé « S-TOFHLA - Short Test of Functional Health Literacy Assessment » (Baker, Williams, Parker, Gazmararian et Nurss, 1999; Parker, Baker, Williams et Nurss,1995). Ce test existe en plusieurs langues, notamment en français, et comporte deux parties : l’habileté à lire (littératie) et l’habileté à compter (numératie).

Les données varient d’un pays à l’autre, au Québec au Canada ou en Europe, toutefois près d’une personne sur deux aurait des compétences limitées en littératie en santé (Délétroz, Renoud-Grenier, Morin et Bodenmann, 2019; Kickbusch, Pelikan, Apfel et Tsouros, 2013). La prévalence d’une littératie en santé limitée serait encore plus élevée chez l’adulte à partir de 55 ans. Ces personnes recourant davantage aux services de santé, ce qui nécessite un plus haut niveau de littératie en santé pour une meilleure interaction, les conséquences sont réelles. Parmi elles, la littérature relève une moindre utilisation des services de prévention, un plus grand nombre d’hospitalisations et de consultations médicales, de moins bons résultats de santé et des risques de mortalité plus élevés.

Les infirmières ne doivent pas sous-estimer ce problème. Certains comportements donnent des indices d’une faible littératie en santé. Par exemple, il a été relevé que la non-observance thérapeutique, le déficit de connaissances sur la procédure médicale, l’anxiété et l’inquiétude, ainsi que la barrière du langage peuvent indiquer une littératie en santé limitée et même diminuer la compréhension, donc la portée réelle d’un consentement éclairé. Toutefois, les interventions infirmières d’information et d’éducation à la santé semblent jouer un rôle central dans le renforcement de la littératie en santé de la personne âgée. Par exemple, selon la recherche, l’apprentissage (formel et informel) tout au long de la vie est l’un des prédicteurs les plus forts de la littératie en santé pour cette population. On peut donc en parler avec les aînés. Il importe aussi de considérer les caractéristiques liées à l’âge, telles que la presbytie, la presbyacousie, les fonctions cognitives, la mémoire et le langage, comme des barrières possibles à la communication efficace dans la clinique (Délétrozet al., 2019).

Cette situation inquiète la discipline infirmière, car le but des soins infirmiers est, entre autres, de répondre aux besoins de la personne pour l’aider à développer ses propres capacités afin d’atteindre le meilleur niveau de bien-être possible dans sa situation (Heinrich & Karner, 2011). Il faut comprendre que la littératie en santé n’est pas statique; elle peut se développer si elle est correctement déterminée, ou encore, être compensée par des interventions renforcées et un suivi personnalisé en coaching, accompagnement et éducation à la santé. Puisque, selon la discipline, la santé est influencée tant par des caractéristiques individuelles que par les déterminants sociaux, économiques et environnementaux, la nature participative du partenariat infirmière-patient est jugée particulièrement importante pour mobiliser et augmenter les capacités et compétences personnelles de littératie en contexte de santé.

Restons donc attentifs à cette dimension dans la communication avec les personnes fragilisées par leur santé et en besoin de soins infirmiers.

Par :

Diane Morin, membre du Comité soutien aux communications de l’ORIIQ.

Carole Deletroz, infirmière suisse, étudiante au doctorat en sciences infirmières, Université Laval

 

Références 

Baker, D.W., Williams, M.V., Parker, R.M., Gazmararian, J.A., & Nurss, J. (1999). Development of a brief test to measure functional health literacy. Patient Education and Counseling. 38, 33-42.

Bernèche, F., Traoré, I., & Perron, B. (2012). Littératie en santé: compétences, groupes cibles et facteurs favorables - Résultats québécois de l’Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes, 2003. Institut de la statistique du Québec. http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/sante/bulletins/zoom-sante-201202-35.pdf

Délétroz, C., Renoud-Grenier, V., Morin, D., & Bodenmann, P. (2019). Littératie en santé et partenariat infirmière-patient : une étude descriptive corrélationnelle. Revue Francophone Internationale de Recherche Infirmière, 5(2), e83–e91. https://doi.org/10.1016/j.refiri.2019.01.004

Heinrich, C., & Karner, K. (2011). Ways to optimize understanding health related information: the patients’ perspective. Geriatric Nursing, 32(1), 29-38.

Institute of Medicine (2004). Health Literacy: A Prescription to End Confusion. Washington, DC: The National Academies Press. https://doi.org/10.17226/10883.

Kickbusch, I., Pelikan, J.M., Apfel, F., & Tsouros, A.D. (2013). Health literacy: the solid facts. World Health Organization: Regional Office for Europe. https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/128703/e96854.pdf

Parker, R.M., Baker, D.W., Williams, M.V., & Nurss, J.R. (1995). The test of functional health literacy in adults: A new instrument for measuring patients’ literacy skills. Journal of General Internal Medicine, 10, 537-541.

Recherche

Mots clés

TD